Suivez-nous :

La protection et la restauration des tourbières sont la clé de l’atténuation du changement climatique

Les tourbières mondiales stockent en fait environ deux fois plus de carbone que les forêts. Pourtant, une fois drainées, les tourbières émettent de grandes quantités de gaz à effet de serre, actuellement environ le double de ce que le trafic aérien mondial émet chaque année. Pour la première fois, une équipe dirigée par le Potsdam Institute for Climate Impact Research (PIK) a inclus les émissions des tourbières, dans un modèle climatique pour évaluer la façon dont le réchauffement climatique peut être maintenu en dessous de 2°C. Pour atteindre les objectifs de stabilisation du climat, la protection et la restauration des tourbières doivent donc être renforcées – par exemple dans le cadre de la réforme actuelle de la politique agricole de l’UE (Humpenöder et al, 2020).

En effet, les tourbières ne couvrent qu’environ 3% de la superficie terrestre mondiale. Une part considérable a été drainée par l’homme à des fins agricoles, en particulier en Europe et plus récemment en Asie du Sud-Est. Une fois drainées, les tourbières émettent des gaz à effet de serre à l’échelle de plusieurs décennies à des siècles. Les auteurs ont montré que la superficie des terres de notre planète ne peut devenir un puits de carbone net mondial d’ici 2100 que si environ 60% des tourbières dégradées d’aujourd’hui soient réhumidifiées dans les décennies à venir, à côté de la protection des tourbières intactes. Les coûts de mise en œuvre des mesures de protection et de restauration des tourbières sont inférieurs aux prévisions. Les coûts totaux de la production agricole ainsi que les prix des denrées alimentaires sont presque les mêmes avec et sans les mesures de protection et de restauration des tourbières.

Une refonte intelligente des règles sur la répartition de l’énorme flux d’argent vers l’agriculture pourrait contribuer à la protection et à la réhumidification des tourbières et, partant, contribuer substantiellement à la stabilisation du climat. Les paiements aux agriculteurs devraient être mieux ciblés pour garantir la fourniture de précieux services écosystémiques à la société – y compris les services sous-estimés des tourbières.

Humpenöder, F., Karstens, K., Lotze-Campen, H., Leifeld, J., Menichetti, L., Barthelmes, A., et al. (2020). Peatland protection and restoration are key for climate change mitigation. Environ. Res. Lett. 15, 104093. doi:10.1088/1748-9326/abae2a.